Floee, Lars

95123
Ajouter au panier
  • Description

 Par un heureux hasard, je suis tombé, il y a quelque temps, sur l’enregistrement d’une série de morceaux ayant pour titre « Folklorismes », J’ai trouvé ces morceaux tellement intéressants par leur forme et leur style que j’ai voulu, à tout prix, faire la connaissance de leur auteur, Lars Floee, compositeur danois. Peu après, j’étais en possession du manuscrit. Quelques mois plus tard, les morceaux furent exécutés par mes élèves, sous le nom de Trio Elkido, lors d’un concours musical, où un premier prix leur fut décerné.

 

En coopérant étroitement, le compositeur, le Trio Elkido et l’éditeur ont ensuite développé ces morceaux de caractère. Aujourd’hui, vous tenez entre les mains le résultat de ce travail, la Elkido Suite à la grande joie des jeunes flûtistes Elia Pianaro,  Kira Heusler et Dominique Simmen.

 

La Elkido Suite comprend quatre mouvements dont chacun est inspiré d’une civilisation différente.

 

Le premier mouvement, Szitakötő, Lars Floee l’a composé après avoir étudié, enfant, le « Microcosme » de Béla Bartók.  Szitakötő s’inspire de la musique hongroise et signifie « libellule ».

 

Le deuxième mouvement, Sakura, repose sur la chanson traditionnelle japonaise Sakura ce qui veut dire « fleur de cerisier ».

Cette chanson date de la période Edo (1603-1868) et fut écrite pour des enfants qui apprenaient à jouer du koto (instrument de musique japonais qui ressemble à une cithare). Le thème du Sakura japonais est utilisé dans la partie centrale lente selon le système pentatonique Miyakobushi-Onkai.

 

Le troisième mouvement, Balkanski Mish-Mash, est marqué par la musique bulgare et les rythmes caractéristiques des Balkans. En même temps, Balkanski Mish-Mash est un plat bulgare, servi de préférence en été et composé de beaucoup d’ingrédients différents – tout comme ce mouvement. A noter: La troisième voix est écrite pour une flûte alto.

 

L’idée musicale du quatrième mouvement, Granada, est née pendant un séjour en Andalousie, cette partie méridionale de l’Espagne occupée, pendant 700 ans, par les Maures. L’influence mauresque se fait sentir, aujourd’hui encore, dans  la langue, la civilisation et la musique d’Andalousie.

 

La Elkido Suite trouvera, sans aucun doute, sa place au répertoire de plus d’un trio de flûtistes pour la grande satisfaction des musiciens et du public et pourra donner une orientation particulière aux programmes de concert.

 

 

Felix Andreas Dorigo, éditeur                                                       Zurich, mars 2010